Audit énergétique ou relève des consommations énergétiques ?

Audit énergétique ou relève des consommations énergétiques ?

Qu’y a-t-il de plus utile à mon entreprise : Mener un audit énergétique ou mettre en place un système de relève et d’analyse des consommations ?

Les deux outils s’opposent-ils ou se complètent-ils ? Et dans quoi investir en priorité ?

“On ne gère bien que ce que l’on mesure”. Voila une affirmation que personne ne contestera tant elle est frappée au coin du sens.

A l’heure où le coût des énergies ne va qu’en augmentant, où sa part dans la valeur ajoutée des industries est croissante, où nos sites industriels doivent être encore plus compétitifs, et où la société s’inquiète de l’impact des énergies sur le dérèglement climatique, le sujet de la maîtrise et du bilan énergétique devient central.

Une question se pose : doit-on investir dans un bilan énergétique détaillé ou dans un système de relève et d’analyse permanent des consommations énergétiques ?

La question de l’énergie mérite bien un bilan !

Historiquement, on considère rarement l’énergie comme “à risque” car son approvisionnement est jugé sécurisé et son coût supportable ou négociable. On la range dans les Utilités et l’on préfère souvent consacrer ses ressources à la production.

Les choses changent et l’énergie devient un sujet de plus en plus important pour au moins deux raisons.

Son coût tout d’abord.

La tendance est à la hausse et le restera pour longtemps. Les énergies deviennent rares, et dans tous les cas plus compliquées à chercher. A cela s’ajoute la tendance qui consiste a inclure dans son prix l’ensemble de ses externalités, dont son impact sur le climat avec la taxe carbone.

Le temps de l’énergie bon marché est définitivement révolu.

Evolution du prix des énergies

Cela a pour conséquence immédiate que l’énergie devient « un sujet » important pour les entreprises. Elle impacte directement et immédiatement les résultats financiers. La négociation de son prix d’achat atteint vite ses limites et il faut penser à optimiser son usage car c’est là que résident les plus grandes économies.

Son poids sociétal ensuite.

L’empreinte énergétique d’une entreprise, d’un produit, et surtout l’implication de l’entreprise pour son optimisation peuvent devenir un atout s’ils sont bien traités.

Récemment encore, la presse a mis en avant leManifeste étudiant pour un réveil écologique. A ce jour, plus de 24.000 étudiants principalement issus d’écoles d’ingénieurs (donc vos futurs cadres et clients) ont signé ce manifeste dans lequel ils expriment leur souhait de ne travailler que pour des entreprises ayant une vraie approche RSE et où l’impact environnemental est faible. On ne parlera pas ici du diesel gate, du récent débat sur le poids en CO2 de la voiture électrique, de l’impact climatique des fabrications de « la marque à la pomme » ou de l’économie numérique.

La société civile se réveille, parfois par sursaut, parfois avec force et violence, mais c’est un mouvement de fond. Elle rejette ce qui lui semble mauvais et favorise ce qui lui paraît vertueux. Les entreprises ne peuvent pas se permettre de se déconnecter de la société civile.

L’empreinte énergétique d’une entreprise n’est donc pas qu’une question de compétitivité financière, mais bien une question de performance globale des entreprises, d’acceptabilité dans la société et donc une question primordiale.

Si dans un post précédent nous avons vu la méthodologie générale pour entrer dans une démarche d’optimisation énergétique, la question se pose souvent de savoir s’il vaut mieux faire une campagne de mesures poussée sous forme d’audit ou de bilan énergétique ou bien mettre en place un système de relève et d’analyse.

Qu’est ce qu’un bilan énergétique ?

Le bilan énergétique est une photo détaillée des consommations énergétiques de chaque Usage Énergétique Significatif (UES).

On peut également l’appeler audit énergétique ou revue énergétique. Il ne faut pas le confondre avec le diagnostic énergétique qui permet lui de faire un état des lieux rapide de la situation. Le diagnostic précède l’audit mais ne le remplace pas.

L’audit énergétique est obligatoire tous les 4 ans pour les entreprises de plus de 250 salariés ou réalisant un CA de plus de 50 M€ et possédant un bilan dépassant 43 M€ et qui ne sont pas certifiées ISO 50001.

Concrètement il s’agit de mesurer avec précision, sur une période donnée, les consommations des UES afin de déterminer si ces équipements sont performants et adaptés à leur utilisation. Lorsqu’il est réalisé par des professionnels consciencieux, il met en lumière des pistes d’amélioration qui permettent d’envisager des économies d’énergie de l’ordre souvent de 10 et 25 % avec des investissements à ROI court.

Le bilan énergétique mobilise des ressources onéreuses en terme de matériel et doit être mené par du personnel expert qui rentre dans les détails de fonctionnement des équipements (groupes aéroréfrigérants, chaudière, compresseurs d’air, etc …). C’est par définition une action ponctuelle.

Comme pour un bilan comptable, l’audit énergétique vous permettra d’avoir une excellente photo de la performance de vos équipements sur la période étudiée et de dégager des axes d’investissements prioritaires. Cela restera néanmoins la photo d’un moment ponctuel.

Attention : le bilan énergétique étant obligatoire pour certaines entreprises, il attire des prestataires nombreux dont certains se battent exclusivement sur le prix. Un bilan énergétique peu cher est parfait pour qui souhaite simplement remplir cette formalité. Par contre il peut être largement insuffisant pour celui qui veut réellement en profiter. Choisissez bien votre prestataire ! (Nota : KALLIOPÊ ne réalise pas d’Audit Énergétique)

Qu’est ce qu’un système de relève et d’analyse des consommations ?

Un système de relève et d’analyse des consommations est la pierre angulaire du Système de Management des Énergies  tel qu’il est décrit dans la norme ISO 50001. Il consiste à mesurer les énergies selon un plan de comptage établi, à relever ces consommations régulièrement pour établir des IPé  ou Indicateurs des Performance Énergétique.

Le plus simple : la relève manuelle

Vous pouvez le mettre en place très simplement avec une relève et un traitement manuels des données. On saisit ensuite les résultats pour les analyser et les mettre en forme. En croisant les données énergétiques et celle de production, on obtient facilement des Indicateurs de Performance Énergétique qui font sens.

Dans ce mode de fonctionnement, on a une image fidèle mais décalée de la réalité. Dans les faits, vous connaissez les données du 1° jour du mois M au mieux la seconde semaine du mois M+1. Ce décalage limite les possibilités de correction et même d’analyse des causes.

Cette méthode manuelle atteint vite ses limites si le nombre de compteurs à relever est élevé, s’ils sont difficilement accessibles et nécessitent que la personne en charge de la relève possède des habilitations particulières (habilitations électriques par exemple).

Le plus efficient : le système automatisé

L’alternative consiste à mettre en place un système de relève et d’analyse automatisé. Un système performant relevera tous les compteurs et les données de production que ce soit sur les machines, dans la GTC ou les automates de process. Il permettra de créer facilement des tableaux de suivi actualisés et accessibles en permanence. Enfin, il rendra possible techniquement et économiquementla relève d’un compteur éloigné.

C’est cela que propose KALLIOPÊ.

Avantages croisés de chaque solution

Le Bilan Énergétique

Il donne une occasion de se poser les vraies questions sur la pertinence et la performance des équipements en place.

Sont-ils adaptés à mes usages ? Sont-ils performants et bien réglés ? Dois-je les améliorer ou les changer ?

Le bilan énergétique permet un vrai focus sur l’équipement et son état.

Le système de relève et d’analyse

Avec lui, vous suivez au quotidien le mode d’utilisation des équipements.

Sont-ils utilisés avec pertinence ? Les IPé sont-ils bons ? Y a-t-il une dérive dans les performances ?

Le système de relève et d’analyse permet l’amélioration continue de l’usage des énergies. C’est un focus sur la conduite des équipements.

Les avantages induits par un système de relève et d’analyse dynamique

Un système de suivi et d’analyse des consommations dynamique ouvre les portes vers beaucoup plus que le seul management énergétique.

Élargi à d’autres grandeurs physico-chimiques et associé à un bon logiciel il permet par exemple de :

  • superviser le pilotage des machines par les équipes
  • améliorer ou mettre en place la maintenance prévisionnelle
  • enregistrer et archiver des données de qualité
  • suivre en direct des taux de performance machine comme le TRS ou le TRG

Dans ce cas, il est nécessaire de faire appel à des compétences variées et complémentaires, tant au niveau des capteurs, de l’analyse que du traitement des données.

C’est pour cela que KALLIOPÊ , en tant qu’offreur de solutions certifié par l’Alliance Industrie du Futur, a décidé de s’inscrire dans la communauté des Offreurs de solutions Industrie du Futur du Grand Est. Cela nous permet de vous apporter ce qui se fait de mieux dans le domaine de l’Industrie du futur ou de l’industrie 4.0 pour vous accompagner dans la durée.

Offreurs de solutions Industrie du Futur

Des systèmes complémentaires et non concurrents

Vous l’avez compris, opposer Audit Énergétique et Système de relève et d’analyse n’a pas de sens. Cela reviendrait à opposer l’analyse de l’équipement d’un sportif de haut niveau avec sa technique individuelle. L’un et l’autre sont complémentaires et non concurrents.

Alors que faire si l’on doit choisir ?

Si vous devez choisir, c’est peut être que vos budgets ne vous permettent pas de faire les deux actions. Il y a donc fort à parier que vous êtes également serré sur vos budgets d’investissement.

Notre conseil consiste à commencer par un diagnostic énergétique (il existe des dispositifs gratuits de qualité, demandez nous conseil) puis de mettre en place un système de relève et d’analyse. Celui-ci permettra de dégager rapidement des pistes de gains et d’identifier les points d’amélioration prioritaires. Si nécessaire, les points prioritaires pourront faire l’objet d’un audit plus poussé réalisé par des spécialistes.

Comme pour un sportif, avant d’acheter un équipement plus performant, on veillera à ce qu’il tire le meilleur profit de ce qu’il possède déjà, qu’il ait une forme physique acceptable et que sa technique soit d’un bon niveau. Après seulement, on décidera quel équipement doit être amélioré ou changé.

Le rôle central du Référent Énergie

Pour que votre système de relève et d’analyse soit vraiment utile, il faut qu’il soit suivi. Le plus sage est de définir un rôle de Référent Énergie au sein de votre structure.

Le Référent Énergie a pour missions de :

  • Impliquer et faire agir les acteurs de l’établissement
  • Concevoir, coordonner et mettre en place des actions de maîtrise de l’énergie
  • Suivre et analyser les résultats obtenus
  • Assurer une veille technique et normative.

Sauf pour les grosses structures, il ne s’agit pas d’un poste à temps plein, mais d’une mission, d’un rôle.

Plusieurs solutions existent. Certains décident d’attribuer ce rôle à un alternant en formation technique ou environnementale. D’autres décide de faire former un collaborateurs technique ou HSE grâce à l’excellent programme Pro-refei.

Formation PRO REFEI

Vous pouvez également demander à KALLIOPÊ d’occuper ce rôle. Cela permet de contrôler que l’investissement dans la mission est le bon, ni trop important, ni trop faible, qu’il est pérenne, tout en étant certain d’avoir à votre service quelqu’un d’expérimenté parfaitement opérationnel dans le domaine.

Nous nous engageons à ce que ce rôle soit entièrement autofinancé par les économies durables et mesurées qu’il génère chez vous.

C’est un véritable partenariat gagnant-gagnant.


KALLIOPÊ
Etienne BARILLEY
Novembre 2018

A votre écoute pour échanger, contactez nous !


 

 

25 November 2018